28/11/2004

Hommage aux mineurs et défense du charbonnage

Ce dimanche 5 décembre à 11 h aura lieu, Place Louis Capier à Cheratte-bas, au nord de la cité à hauteur du passage à niveau-église une inauguratuion d'une plaque commémorative à la mémoire des mineurs de Cheratte. Saluons cette belle initiative qui sera suivie d'un vin d'honneur dans la salle de l'ancienne école communale (rue de Visé, 123) tout en nous demandant pourquoi les autorités communales et autres se fichent bien de la préservation du charbonnage de Cheratte en butte pour l'instant à du vandalisme de haut vol visant purement et simplement, in fine, à la destruction des deux tours restantes. Celle en béton : on y a pratiqué des coupes dans les structures des piliers de base. Celle dite "tour médiévale" où la machine d'extraction est en cours de déboulonnage de certaines pièces et où on casse les structures de sol porteuses de la cage d'ascenceurs, il ne s'agit pas de petit vandalisme mais d'une opération concertée réalisée par des pros, probablement à la solde du propriétaire des lieux. Objectif inavoué, détruire pour raisons de sécurité et récuper un maximum de tonnes de fer.

19:51 Écrit par Rutabaga vous invite | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

24/11/2004

Ce dimanche...28

pour ceux que cela intéresse, visite du lieu à 10 h(rdv sous la passerelle du Hasard, rue de Visé) jusque midi, sonner au 0476/479388 le 28 avant 9 h merci.
Attention ! pas de visite le dimanche 5 décembre !

21:45 Écrit par Rutabaga vous invite | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

20/11/2004

Visiter le charbonnage

Ce dimanche 21 novembre , rdv à 9 h 55 sur le terrain en face du Hasard, à hauteur de la Passerelle du Hasard, rue de Visé.

19:36 Écrit par Rutabaga vous invite | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

13/11/2004

Le 11 novembre n'a pas été célébré à Cheratte

S'il est vrai que les derniers combattants de la guerre de 14-18 sont tous morts maintenant, nous trouvons qu'il est indigne de ne plus se souvenir publiquement d'une des plus grandes boucheries du siècle passé. Certes un hommage fut rendu à Visé et quelques petites gerbes ornaient symboliquement les monuments de Cheratte mais cette non-célébration non annoncée fait mal au coeur de nombreuses personnes même si elles n'assistaient pas même aux célébrations. On a déjà gommé le 8 mai au nom de l'Europe pour ne pas rappeler que les allemands d'une certaine époque étaient les boches par un souci de fraternité louable entre les peuples de l'Europe Unie. Nous voudrions dire, parce que ce blog est celui de l'ACPR, qu'il nous semble que le 8 lmai devrait à nouveau devenir un jour férié légal et national, non pas pour stigmatiser les boches mais pour célébrer la Paix et la lutte constante des peuples du monde entier pour leur libre émancipation. Que le 8 mai en plein printemps devienne un jour de joie, une fête que l'on fête entre tous, amis du monde entier. Nous allons nous y employer. Et s'il faut aussi transformer la date du 11 novembre nous nous battrons pour que ce jour, et il l'est déjà, soit assimilé à la lutte des femmes, cette minorité largement majoritaire pour laquelle en certains pays le droit de vivre est encore remis en question pour un rien. Utopiques ? Non, humains, simplement.


15:09 Écrit par Rutabaga vous invite | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/11/2004

Article paru dans Le Soir du 6 novembre 2004Remue-méninges

Article paru dans Le Soir du 6 novembre 2004

Remue-méninges pour faire revivre le « Hasard »

E n 1977, le charbonnage du Hasard à Cheratte fermait définitivement ses portes. A l'époque, 600 « gueules noires » travaillaient encore dans cette mine qui, à ses heures de production les plus intenses, occupait jusqu'à 1.500 personnes. Depuis 27 ans, ces bâtiments à l'architecture impressionnante qui ne manquent pas d'attirer l'attention des passants qui circulent sur la route Visé-Liège, à Cheratte-bas, attendent toujours une réaffectation.

Les lieux sont exceptionnellement ouverts aux visiteurs. Ce fut notamment le cas lors des dernières Journées du patrimoine. Ce week-end-là, plusieurs centaines de curieux venus parfois d'Allemagne, des Pays-Bas et de France avaient rallié le quartier du Vinâve où se situe l'ancien charbonnage. Ce succès populaire a incité la section de Visé-Cheratte de l'association culturelle Paul Renotte (du nom de cet artiste et résistant liégeois qui fut échevin communiste de la Cité ardente aux lendemains de la guerre) à lancer un appel à projets à tous ceux (particuliers, associations, décideurs politiques...) qui auraient une petite (ou une grande) idée pour réhabiliter ce site classé (1).

Au début des années 80, le charbonnage cherattois, ainsi que le château Saroléa (situé en face) érigé, lui, au XVIIe siècle, ont été acquis pour la modique somme de 175.000 euros par un entrepreneur limbourgeois, Armand Lowie, qui serait, aujourd'hui prêt à les revendre pour plus d'un million d'euros !

En 27 ans, les bâtiments se sont sérieusement déglingués et ils constituent aujourd'hui un chancre industriel qui risque même de s'avérer dangereux pour ceux qui s'y aventurent, déplore Jacques Chevalier, une des chevilles ouvrières de la section cherattoise de l'association Paul Renotte. Pourtant beaucoup de gens de Cheratte et même parfois de bien plus loin voudraient les faire revivre tout en conservant la trace de leur histoire sociale et leurs atouts architecturaux, poursuit-il.

En un peu plus d'un quart de siècle, plusieurs projets, parfois même pharaoniques, de réhabilitation du « Hasard », ainsi que de la « Paire aux bois », un vaste terrain vague voisin de 13.000 m2, ont été lancés, mais aucun ne s'est concrétisé.

Des promoteurs louvanistes, hollandais, limbourgeois... se sont intéressés au site. Il a ainsi été question d'aménager une cité sociale, un complexe de bâtiments consacrés à la recherche, un centre culturel comportant une école de cirque et un amphithéâtre, un ensemble d'une trentaine de lofts, un centre d'excellence qui aurait constitué une vitrine pour les entreprises de la région..., se souvient Jacques Chevalier.

L'association Paul Renotte attend donc les suggestions. Dans un premier temps, elle nourrit un projet plus modeste : publier une brochure qui reprendrait l'essentiel des articles consacrés au charbonnage du Hasard et son histoire et pourrait attirer l'attention d'un éventuel investisseur.  



23:18 Écrit par Rutabaga vous invite | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

David

David Kever est un jeune cherattois passionné par le charbonnage du Hasard, c'est aussi un fana d'internet, il a donc créé son propre site et vous y trouverez dessus des photos très récentes puisqu'elles datent de ce matin même, certaines sont un peu sombres mais c'est un intéressant reportage qui est tout à l'honneur de notre patrimoine. Allez donc visiter le site de David et participez-y : http://groups.msn.com/Cherattecharbonage

15:00 Écrit par Rutabaga vous invite | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Schéma communal

Voici une réunion à laquelle chaque Cherattois conscient du devenir de son quartier se devrait de participer, pour Cheratte-bas ce sera ce lundi 8 novembre à 20 heures à l'auditorium de l'école communale, rue de Visé. Je vous conseille de venir un gros quart d'heure avant afin de consulter les diverses cartes qui seront exposées. Nous y serons présents en tant qu'ACPR, c'est à dire un groupe de personnes de Cheratte et d'ailleurs soucieuses de l'avenir de Cheratte, de son charbonnage et de tout ce qui fait de ce quartier un quartier plein de vie pour qui il convient de faire quelque chose. Et en ce qui concerne le charbonnage : il n'est plus temps de tergiverser.

14:52 Écrit par Rutabaga vous invite | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

01/11/2004

Il y a 7 ans déjà

Fin octobre à la mi-novembre 1997, l'asbl "Les Compagnons de la Belle Fleur" et la Société Royale Archéo-Historique de Visé présentaient à Cheratte une grande exposition à l'occasion du XXème anniversaire de la fermeture du charbonnage du Hasard. 1700 visiteurs payants allaient la visiter mais aussi plus de 200 le jour du vernissage sans compter 500 élèves de diverses écoles du voisinage. Ce fut assurément une des plus belles organisations culturelles mises sur pied à Cheratte et nombre de gens s'en souviennent encore avec émotion/ Avec mes amis de la SRAHV nous avions pensé rééditer une activité du genre pour les 25 ans de la fermeture mais le projet est tombé à l'eau. Faut-il, au stade actuel, encore organiser des expositions-souvenir ? Ne vaut-il pas mieux d'organiser les gens, tant les anciens mineurs que les cherattois eux-mêmes et tous les amis venant de partout et amoureux de Cheratte pour penser positivement au futur ? Un futur respectueux du passé.

09:19 Écrit par Rutabaga vous invite | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |